ECONOMIE - Breizh Impacte

ECONOMIE

Donner la préférence aux entreprises locales face aux grands groupes industriels. Orienter l’épargne vers le tissu économique breton. Maîtriser le phénomène « volets clos » côtier.

DOCUMENTS DE RÉFLEXIONS

PROJET SMALL BUSINESS ACT BRETON

Une expérimentation dans le cadre d’un “small business act” Breton

CONTEXTE

Au niveau économique, les champions nationaux (publics et privés) ont été vus comme des entreprises qui devaient positionner les intérêts français à l’international. Sans juger de leur action à l’étranger, on s’aperçoit qu’ils asphyxient les PME. Ils empêchent la constitution des ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) régionales, ce qui fait que le nombre de ceux-ci est beaucoup plus faible dans l’Hexagone que dans les pays à économie plus dynamique (la France en compte trois fois moins que l’Allemagne).

D’autre part, les champions nationaux pompent une grande partie des aides à l’économie et ne créent pas d’emplois. En 20 ans, les TPE-PME ont créé 2,3 millions d’emplois nouveaux sur un total de 2,8 millions.

De plus, selon le Conseil des Prélèvements Obligatoires (CPO), le taux de l’impôt sur les sociétés atteint 30% en moyenne dans les entreprises de moins de 10 salariés tandis qu’il ne dépasse pas plus de 8% dans les entreprises de plus de 2000 salariés.

En Bretagne, dans des domaines comme les énergies renouvelables (photovoltaïque, éolien, méthanisation, etc.), le transport (cars scolaires, transports urbains ou ruraux), la gestion de l’eau, l’épuration, l’agro-alimentaire, les grands groupes brisent le tissu économique et éloignent les centres de décision des populations.

PROJET

Expérimentation à réaliser dans le cadre des structures publiques, locales, départementales et régionales de Bretagne.

Obtenir pour les collectivités bretonnes une dérogation permettant d’écarter de leurs appels d’offres les entreprises dont le chiffre d’affaires est supérieur à 10 000 fois le montant de l’appel d’offre. Lorsqu’il s’agit de filiales à plus de 75% d’un groupe industriel, le CA retenu est celui du groupe.

L’expérimentation devra être suffisamment longue (5 ans) avant d’en arriver à une conclusion valable. En effet, l’objectif est que les relations entre les grands groupes et les PME évoluent vers une reconnaissance du rôle de chacun dans l’emploi et la prospérité du territoire.

PUBLIC CONCERNÉ

Economistes, juristes, élus, chefs d’entreprises, étudiants…

ACTIONS

Diffusion du projet à l’extérieur. Soutien public et obtention de la dérogation

Breizh ImPacte vous invite à vous associer et à participer au projet “Small Business Act breton”

CONTACT

Jean Pierre Le Mat

Les documents de réflexions que nous vous soumettons, le contenu des sites amis, les ouvrages que nous vous recommandons le sont à titre informatif et pour leur intérêt mais ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Breizh-ImPacte.

Vous souhaitez nous envoyer des documents de réflexion ? Cliquez-ici